Louer une chambre de son appartement, sa maison à la nuitée

Vous êtes locataire ou propriétaire, vous pouvez louer ou sous louer une chambre situé dans votre habitation. Vous disposez d’une chambre vacante, vous avez la possibilité d’en tirer un revenu complémentaire.  Cette nouvelle entrée d’argent n’est pas négligeable surtout en cette période de crise.

Louer sa chambre à la nuitée

Vous avez pris la décision de faire du cohébergement payant dans votre résidence principale, vous allez donc louer une chambre à la nuit, dans le même principe qu’un hôtel.  Vous gagnez de l’argent, ce mode d’hébergement vous donne le droit à des avantages fiscaux.

Les conditions pour pouvoir louer :

En location, la pièce doit mesurer 9 m²  avec une hauteur de 2,20 m, soit un volume de 20 m³ minimum. La chambre doit posséder une fenêtre, la personne hébergée doit avoir un accès à l’eau, à une cuisine et aux toilettes. Le mobilier doit être suffisamment fourni pour permettre à vos convives de se suffire de leurs seuls effets personnels.

Un moment convivial

N’oubliez pas que vous louez à la nuitée, vous ne serez pas amené à vivre avec cette personne tout au long de l’année comme dans une location traditionnelle, les rapports sont toujours chaleureux, les histoires et les discussions vont  égailler vos soirées, vous en garderais de très bons souvenirs. Vous rendez service tout en arrondissant vos fins de mois. Certaines rencontres donnent parfois lieu à de grandes amitiés !

Publier votre annonce pour faire connaître votre logement

Vous posséder une chambre de libre, un canapé, un lit de camp, vous pouvez proposer votre habitation au cohébergement.

Vous êtes libre de choisir le montant de la nuitée, évaluez le prix en fonction du confort dont dispose votre chambre, des commodités aux alentours de votre lieu d’habitation, de la notoriété de votre ville. A Paris, les tarifs des nuitées sont souvent plus élevés. Vous pouvez ajouter les charges tel que l’eau, l’électricité, le gaz …

Louer votre logement à la nuitée

Article publié le mercredi 24 octobre 2012

Laisser un commentaire

Votre réponse