L’écotourisme est née d’un constat alarment, la destruction progressive de  l’environnement et des populations locales par le tourisme traditionnel. Le tourisme vert permet de voyager de façon durable, en respectant les ressources et les populations.

C’est une réalité, les populations locales sont  chassées de manière violente, afin de permettre la construction de paradis à touristes. Les paysages sont refaçonnés pour plaire aux riches voyageurs,  les conséquences pour les habitants sont irréversibles, il en est de même pour la faune et la flore environnantes.

écotourisme a Tenganan

Les objectifs de ce tourisme durable sont basés sur la découverte d’un milieu, notamment à travers l’exploration des écosystèmes en milieu rural et forestier. Le tourisme urbain est aussi en pleine essor, on parle de réserves urbaines, d’espaces verts écologiques et naturels en ville. La consommation matériel est mise de côté, l’écotourisme  est une porte ouverte à la contribution pour la restauration de l’environnement avec le partage de l’expérience du local, qui se diffuse sous des thématiques culinaires, médicinale, par le reboisement, la repopulation de la faune et la flore.

Les activités sont en relations avec la nature, les voyageurs sont invités à l’artisanat, l’art, la restauration du patrimoine, la protection de l’environnement et le social. Cet engagement peut s’opérer par le boycott du tourisme de masse, et éviter ainsi la construction d’hôtels de luxes sur des forêts millénaires, ou des plages sauvages à des fins purement lucratives. L’objectif est de réduire de manière significative le bétonnage, la déforestation,  la production de déchets et toutes formes de pollutions et destructions de l’habitat.

C’est une autre expérience de voyage où l’humain prime sur l’échange financier, la rentabilité n’existe plus.  Le tourisme vert est une des rares alternatives pour préserver les richesses des régions touristiques, il s’inscrit dans la durée pour le plus grand bonheur de nos enfants. 

Le touriste doit réapprendre à voyager sans surconsommer, et en respectant son environnement, tout ne s’achète pas même si il en a la possibilité. Il ne doit plus profiter du pouvoir que lui donne l’argent pour s’engraisser et prendre du plaisir sur le dos des populations locales.

Cette nouvelle forme de voyage vert est un défi d’avenir pour notre planète, les professionnels et particuliers commencent tout juste à en prendre conscience.  Economiquement, ce tourisme équitable est moins coûteux que des vacances traditionnelles dans des services hôteliers suréquipés.

Pour agir activement, il faut donc changer son comportement. Voici quelques exemples: ne plus s’agglutiner autour des animaux pour prendre des photos, laissez les vivre et observez discrètement. Ne plus ramasser des éléments de l’habitat naturel, tel que les coquillages, fleurs,  participez à l’économie locale, et achetez dans une boutique de souvenirs.

L’écotourisme est aussi un terme trop souvent utilisé à des fins commerciales, il faut bien se renseigner pour savoir si une agence de voyage applique de réelles actions en faveurs de l’écologie touristique.

Une chose est sûr, c’est notre comportement qui est à remettre en question, il y aura toujours une offre pour une demande, car on ne peut vivre sans argent, et pour notre espèce, argent est synonyme de pouvoir. Il faut donc revoir nos demandes, et retrouver des plaisirs simples en accord et dans le respect des populations et de l’environement.

Article publié le mercredi 13 février 2013

Laisser un commentaire

Votre réponse