Les échangent purement financier ne sont plus une fatalité dans le monde du logement, des formes d’entre-aides refont leurs apparitions sous forme de services entre particulier.  La chambre contre services permet aux propriétaires d’héberger une personne en recherche d’un logement en échange de services rendus. Ces demandes sont plus importantes qu’on pourrait le croire, exemple avec un étudiant qui ne pourrait pas payer un loyer, ou n’ayant pas le temps de se consacrer à un travail à mi-temps en plus de ses études. Ce bon plan est adapté aux familles n'ayant pas le temps, ou pour les personnes âgées victimes de la solitude.

Quels sont les services les plus demandés ?

Parmi les propositions d’hébergement contre services, les besoins les plus courants sont la garde d’enfant, le soutien scolaire, du ménage, cours de langue, jardinage, gardiennage en l’absence du propriétaire.  Il ne faut pas confondre le logement contre service avec la location contre présence, la compagnie d’une personne âgée peut signifier interdiction d’inviter du monde.

Un contrat entre le propriétaire et l’hébergé.

Cette pratique est à 100% légale, malgré tout, il faut rester attentif, et ne pas se faire avoir ! Certaines familles ont tendance à profiter de la gentillesse de leur hôte et l’exploite sans vergogne. Il faut mettre en place un quota d’heures à ne pas dépasser, définir de façon rigoureuse la nature des services demandés. Pour vous donner un ordre d’idée, une chambre contre service à Paris équivaut à plus ou moins 12 heures de travaux hebdomadaire,  au-delà,  l’hébergeur devra rémunérer son hôte ou donner d’autres avantages. Dans tous les cas, on estime que ces 12 heures ne doivent jamais être dépassés quelques soit votre lieu d’hébergement. Pour calculer le volume de travail hebdomadaire en fonction du loyer, basez vous sur le SMIC horaire brut. 

Une autre démarche trop souvent oubliée, la famille qui accueil doit également effectuer des démarches auprès de l’Urssaf.

Le contrat va permettre de clarifier les devoirs et droits de chaque partie, tout comme le fait un bail. Sur ce papier signé par les deux parties et rendu en deux exemplaires, il faut y établir (à titre d’exemple) :

  • Nombre d’heures et nature des services à rendre
  • Planning
  • Prévoir une période de préavis en cas de rupture
  • Les horaires de repas
  • Eau, électricité, nourriture
  • Les parties communes partagées ou non
  • Accueil des visiteurs, amis, famille, etc.
  • Eau, électricité, nourriture
  • Assurance
  • Clé permettant de fermer sa chambre pour un minimum d'intimité

Restez vigilant

Il est important de faire attention aux arnaques, le manque de cadre juridique pour ce genre de logement fait que les escroqueries et malentendus sont courants.

Mise en garde contre les propriétaires peu scrupuleux proposant un logement contre service intime, ce genre d’annonce se multiplie poussée par la crise, il ne faut pas hésiter à dénoncer ce genre de pratique punie par la loi.

Article publié le jeudi 31 janvier 2013

Commentaires


Lonewolf
Lonewolf , le jeudi 16 mai 2019 à 12:35:40
Dans les arnaques, il y a aussi les gens qui vous font venir, signent un contrat (correct), et puis qui changent d'avis en quelques semaines et décident de rompre, vous laissant avec un préavis et donc rapidement sans logement. Tout un investissement physique, psychologique en pure perte de temps... Contre cela on peut quoi ? Rien, il me semble.

Laisser un commentaire

Votre réponse